PND

PRISET : « Nous remercions la CEET et le GF2D d’avoir pensé à nous », Togbui Dosseh Hounkpeto IV

Togbui Dosseh HounKpeto IV_togopeople
Togopeople

Pour un effectif de 50 participants requis, ils étaient plus d’une soixantaine à prendre part à la rencontre animée mercredi 17 novembre 2021, par l’équipe du GF2D, dans le canton de Sanguéra, une périphérie de la capitale togolaise. Ayant porté sur les questions de prévention et de gestion des violences basées sur le genre d’exploitation, d’abus sexuels (SEA) et de harcèlement sexuel (HS) et de violences contre les enfants (VCE), la rencontre s’est tenue au palais du chef canton de Sanguéra, Togbui Dosseh Hounkpeto IV (photo à la Une). Et c’est à la faveur d’une campagne de sensibilisation dans le cadre de la mise en œuvre du Projet de Réformes et d’Investissement dans le Secteur de l’Energie au Togo (PRISET), par la CEET et fiancé à hauteur de 20 milliards de FCFA.

D’emblée, il est à souligner que l’apport du chef canton de Sanguéra, a été d’une très grande utilité dans le cadre de la séance de sensibilisation.

En sa qualité de gardien des us et coutumes, ce dernier a appuyé le message délivré pour l’occasion, pour une meilleure connaissance sur les VBG.

A titre de rappel, les participants ont reçu une bonne dose d’information sur le harcèlement sexuel, l’abus sexuel, l’agression sexuelle, le viol, l’inceste, la discrimination face à l’emploi et les autres inconduites à caractère sexuel.

L’opportunité a donc été donnée à l’assistance de mieux s’exprimer sur les formes de violences observées dans leur canton, ainsi que les voies de recours pour une prise en charge des victimes.

Outre la mobilisation des leaders communautaires à l’instar des CDQ, les chefs de quartiers, les représentants des comités de gestion de conflits, Togbui Dosseh Hounkpeto IV a exhorté les populations à être des relais afin que l’information puisse atteindre le reste de la communauté.

« Tout d’abord, nous tenons à saluer cette initiative louable, qui est la bienvenue dans notre communauté, ici à Sanguéra. Nous souhaitons témoigner notre reconnaissance au gouvernement mais aussi à la CEET de s’être souvenu de nous dans le cadre de ce projet. Nos remercions vont également à la délégation du GF2D qui ne ménage aucun effort pour sensibiliser nos populations », a introduit Togbui Hounkpeto IV.

« Nous devons jouer notre partition en servant de relais de ces informations que nous avons reçues sur les violences basées sur le genre, comment une victime ou un témoin pourrait avoir de l’aide, vers qui se tourner, comment protéger nos filles et nos femmes des prédateurs sexuels…Si chacun de nous s’approprie de ces notions, nous saurons comment prévenir le danger, si un cas éventuel se pose dans le cadre de la mise en oeuvre du PRISET », a-t-il lancé à l’endroit des participants.

« C’est un message très précieux qui nous été délivré par l’équipe du GF2D lors de la séance de sensibilisation de cet après-midi. Car, ce sont des pratiques qui deviennent récurrentes dans nos communautés. Certaines de nos filles voient leur avenir compromis, à cause du viol et autres violences sexuelles. Une situation qui pèse en termes de charges familiales », a ajouté le chef canton de Sanguéra.

Par ailleurs, ce dernier s’est félicité de l’engouement que la séance de sensibilisation avait suscité auprès des populations de Sanguéra et ses environs.

A noter que la rencontre avait également vu la participation des chefs de cinq autres localités à savoir : Tropessimé, Dékpo, Dangbéssito, Agbéliko, Kopégan.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *