A la Une

Qui pour « ressusciter » le Gospel togolais ?

Gospel togo_togopeople
Togopeople

Face à une production locale qui s’effrite jour après jour, beaucoup de Togolais se tournent vers la Côte d’Ivoire, le Cameroun, le Nigéria ou encore le Congo, en termes de consommation de la musique chrétienne. Le Gospel togolais semble plonger dans une léthargie sans précédent. En dehors de quelques podcasts réalisés par une poignée de jeunes et certains « Chevaliers de Dieu » à l’instar de Makafui Abitor (photo) qui s’efforcent à sortir des chansons destinées à la gloire du Très-Haut, le marché de la musique Gospel est quasiment inerte, ces dernières années.

Et pourtant, le Togo n’a jamais manqué de talents en la matière.

A travers divers concours diffusés souvent à la télé, de jeunes chantres en devenir, montrent de très belles performances, en live.

Mais le hic est que, la plupart des structures de production de la place injectent de maigres moyens dans l’accompagnement de ces pépites, qui sont sensées assurer la relève.

D’autres préfèrent carrément investir dans la production de la musique urbaine, pour ne pas dire la musique mondaine.

Pour que le gospel togolais retrouve ses lettres de noblesse, il s’avère nécessaire voire indispensable qu’une nouvelle génération de chantres puisse émerger.

A l’instar de KS Bloom de la Côte d’Ivoire, Deborah Lukalu du Cameroun, Ada, Mercy Chinwo, Judikay du Nigéria, Nadège Mbuma, Dena Mwana de la RDC, etc et dont les chansons occupent une place de choix dans les playlists au pays de Faure Gnassingbé, en matière de Gospel africain.

N’abandonnons pas le Gospel dans son coma.

Pour vos annonces publicitaires et couvertures médiatiques sur TOGO PEOPLE, contactez notre service commercial. Tél/Whatsapp : +22890243980

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *