People

Bawara : « Mes parents étaient de pauvres paysans mais nous étions heureux »

Bawara_togopeople
Togopeople

Les travailleurs togolais vivent-ils de leur labeur ? Le travailleur togolais est-il épanoui ? C’est la question à laquelle a tenté de répondre Gilbert Bawara, ministre de la Fonction publique. Reçu ce mardi 02 novembre sur Victoire Fm, une radio privée de la capitale, ce denier estime qu’il ne faut pas mesurer la question du bonheur uniquement par rapport aux salaires. « J’ai vécu une enfance très heureuse avec mes parents au village, à Siou (nord du Togo) . Ils étaient de pauvres paysans, mais nous étions heureux », soutient-t-il.

Pour ce dernier, « le bonheur ne doit pas être apprécié seulement sur le point de vue matériel ou financier. »

« Tout est question de degré : certains sont sans emploi, donc désœuvrés. En revanche, d’autres ont un travail et gagnent des salaires que nous pourrons considérer comme insatisfaisants », reconnait M Bawara.

Et de poursuivre : « Je connais beaucoup de togolais qui sont heureux, qui se lèvent tôt, qui se battent dans tous les secteurs d’activité…dans les champs, dans les administrations, dans les entreprises ».

« Donc je crois plutôt qu’il faut reconnaître les efforts qui sont consentis par la collectivité nationale, à travers le gouvernement, pour répondre aux besoins et aux attentes des populations togolaises ».

Dans son intervention, M Bawara a par ailleurs vanté les mérites du gouvernement qui, soutient-il, « consent beaucoup d’efforts en matière de recrutement dans la fonction publique en pleine pandémie ».

Selon le ministre de la Fonction publique, « ce sont des efforts à encourager, dans la mesure où la situation n’est pas pareille dans plusieurs autres pays de la sous région ».

A noter que la sortie de Gilbert Bawara intervient à la veille d’une grève de deux jours (à partir du mercredi 3 novembre 2021), annoncée dans le secteur de l’Education au Togo.

La Fédération des syndicats de l’éducation nationale (FESEN) réclame notamment la gratification exceptionnelle promise mais non cersée aux enseignants.

Un mouvement de débraye de 48 heures jugé « illégal » par M Bawara, qui prévient que les enseignants qui suivront le mot d’ordre de la FESEN, en tireraient des conséquences.

« M. Houssimé n’est plus et ne peut plus être un interlocuteur crédible vis à vis du gouvernement », affirme ce dernier.

A noter que M Houssimé est le Secrétaire Général de la FESEN.

Pour vos annonces publicitaires et couvertures médiatiques sur TOGO PEOPLE, contactez notre service commercial. Tél/Whatsapp : +22890243980

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *