Societé

Dalavé/Grève à la DCT : des Indiens pour faire tourner les machines à la place des grévistes togolais

DCT-grève_togopeople
Togopeople

« Dix ans sans contrat de travail », « Dix ans sans avancement », « Trop c’est trop ! »…Les employés de Diamond Cement Togo (DCT) ne décolèrent pas. Observant une cessation de travail depuis mercredi 30 juin 2021, environ 200 agents, permanents comme ceux recrutés par les tâcherons pour le compte de l’entreprise installée à Dalavé, continuent de mettre la pression sur l’employeur. Ceci, dans le seul but d’obtenir de meilleures conditions de travail notamment un contrat de travail et une augmentation de salaires. Des revendications qu’ils jugent légitimes, après une dizaine d’années de sacrifice et de dur labeur. Mais selon Kodjovi Sedonou, le SG adjoint du Syndicat Démocratique des Mines du Togo (SYDEMINES), l’employeur userait des moyens peu orthodoxes pour saper le mouvement de grève.

A en croire ce dernier, qui se fait le porte-voix des travailleurs, la Direction Générale de la DTC aurait décidé de déployer le personnel « indien » de l’usine aux autres postes occupés par les grévistes pour faire tourner les machines et les différentes sections.

Pour M Sedonou, cela va à l’encontre de ce que prévoit la législation togolaise.

« La législation du Travail prévoit qu’en cas de grève, il est interdit de recruter un nouvel personnel, pour ne pas saboter le mouvement », soutient ce dernier.

« Ce qui se passe, c’est de la provocation pure et simple », a-t-il estimé.

Lire aussi : Dalavé : sans contrat de travail depuis 10 ans, des employés de ‘Diamond Cement Togo’ en grève

Dénonçant une concurrence déloyale, le SG adjoint de SYDEMINES s’insurge du fait que « les expatriés indiens essaient tant bien que mal de faire tourner présentement l’usine en lieu et place des travailleurs en grève », dont la quasi-totalité sont des Togolais.

Il rappelle que « les salaires de ces derniers, sont plusieurs dizaines de fois mieux que les misères des travailleurs togolais en grève ».

Alors que la grève de 72 heures, entamée depuis mercredi, devrait prendre fin ce vendredi 02 juillet 2021, Kodjovi Sedonou attire une fois encore l’attention des pouvoirs publics, sur le triste quotidien des employés de Diamond Cement Togo.

Il sollicite notamment l’implication personnelle du chef de l’Etat Faure Gnassingbé dans ce dossier brûlant, afin que les revendications des travailleurs de cette entreprise, puissent aboutir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *