Societé

‘Lungi’: 14 ans après, les familles des victimes toujours pas indemnisées

Togopeople

Drapeaux recouvrant les cercueils, hymne national, coups de canon…L’image reste encore vivace dans les esprits. Le Togo s’est souvenu jeudi de treize de ses fils dont Richard Atipoé, le ministre des Sports, péris le 3 juin 2007 dans le crash d’un hélicoptère à proximité de l’aéroport de Lungi, en Sierra-Leone. Un véritable drame. Encore plus dévastateur pour les familles endeuillées qui, 14 ans après, attendent une indemnisation. A qui incombe la responsabilité ? L’opinion s’interroge.

Selon le rapport d’enquête, renseigne une source officielle, c’est l’Etat de Sierra-Leone qui est responsable du crash « pour avoir autorisé les vols de la compagnie Paramount dont les appareils n’étaient pas conformes ».

« Des discussions à l’amiable ont eu lieu avec le pouvoir à Freetown, mais les discussions n’ont rien donné », explique Habib Amouzou, président de l’Association de défense des victimes, cité par la même source.

« Nous laissons la justice trancher et nous allons voir ce que ça va donner. La justice togolaise et de Sierra Leone ont été saisies », ajoute ce dernier.

Au total, faut-il le souligner, le crash avait fait 22 morts.

L’hélicoptère MI-8 de fabrication russe, de la Paramount Airlines qui effectuait la liaison entre la capitale sierra-léonaise et l’aéroport international de Lungi, avait pris feu alors qu’il s’apprêtait à atterrir. 

DJAMA-228-12m-(4x3)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *