Entrepreneuriat

Edem d’Almeida : 250 millions de chiffre d’affaires grâce aux déchets

Edem d’Almeida_togopeople
Togopeople

L’approche est plutôt prometteuse. Une cinquantaine d’emplois créés, un chiffre d’affaires annuel de plus de 250 millions de F CFA, la start-up togolaise Africa Global Recycling (AGR) met le déchet au cœur d’un nouveau modèle économique et de l’innovation sociale sur le continent. C’est en 2013 que l’entrepreneur Franco-Togolais Edem d’Almeida, est revenu dans son pays d’origine pour monter depuis le garage de ses parents, son entreprise de collecte et de revalorisation de déchets. Au bout de 8 ans d’existence, AGR est parti d’un modèle exclusivement centré sur la vente de déchets recyclables pour se diversifier avec de nouvelles prestations comme le conseil, la formation, l’ingénierie de gestion des déchets.

Dans le centre de tri et de traitement situé non loin du siège social, jusqu’à 46 types de déchets sont traités, notamment des plastiques, des équipements électroniques, du papier, des cartons, du verre, des métaux et même des pare-chocs de voitures accidentées.

La ville de Lomé est concernée, avec plus de 350 000 tonnes de déchets qui sont produits chaque année, renseigne Togo First.

Malgré la décharge d’Agoè Nyivé et le nouveau projet de Centre d’enfouissement technique des déchets du Grand Lomé, la gestion est difficile au quotidien. En créant Africa Global Recycling (AGR), Edem d’Almeida veut promouvoir un meilleur modèle de gestion de déchets auprès des décideurs, des États et des collectivités.

Pour transformer toutes sortes de matériaux, la start-up s’est équipée de machines ultramodernes dont des extrudeuses, ou encore des agrégateurs pour la fabrication de fibres synthétiques, blocs optiques, feutres tissés pour l’industrie automobile.

« Nos déchets sont composés à plus de 50 % de sable, de 10 à 11 % de matières recyclables, dont le plastique, et surtout de déchets organiques (…) Quand un Africain balaie sa maison, un tri sélectif s’opère à la source. Dans la balayette, on emporte le sable avec les autres déchets ménagers », a-t-il précisé.

La start-up propose également depuis peu des solutions intégrées de projets RSE.

À l’avenir, souligne notre source, Edem d’Almeida ambitionne de créer des produits issus des déchets qu’il transforme afin de les exporter vers l’Europe, l’Asie ou encore le Moyen-Orient.

Pour ce faire, l’entreprise de référence de l’économie verte par la valorisation des déchets en Afrique subsaharienne, a besoin de financements plus importants.

Dans ses projets d’expansion, Edem d’Almeida a récemment noué un partenariat avec Gozem, le leader du transport rapide au Togo, afin de permettre aux usagers de faire ramasser leurs déchets de toutes sortes via cette application.

DJAMA-228-12m-(4x3)

1 Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *