Santé

‘Sage-femme’, un métier peu valorisé au Togo ?

sage-femme_togopeople_
Togopeople

Au Togo, les sages-femmes sont en nombre insuffisant pour répondre à la demande de plus en plus grandissante. L’alerte est donnée mardi par Eloïse Adandogou d’Almeida, présidente de l’association des sages-femmes du Togo (ASAFETO). Le pays compte une sage-femme pour 14 000 habitants. Très insuffisant pour offrir des soins de qualité. Parent pauvre des politiques de santé, la profession n’est pas valorisée au Togo, à en croire nombre d’observateurs. Par ailleurs, elle n’est pas assez rémunérée. Conséquence : le métier n’attire plus certaines jeunes diplômées.

La solution à la pénurie semble évidente : former davantage de sages-femmes.

Du diagnostic de la grossesse jusqu’au jour de l’accouchement, la sage-femme est en première ligne.

Elle est une spécialiste des grossesses normales. Elle suit les femmes enceintes dont elle a la charge.

Elle s’occupe ensuite du nouveau-né, vérifie qu’il soit en bonne santé et accomplit les gestes de réanimation si nécessaire.

Elle surveille aussi le rétablissement de la mère, puis la conseille sur l’allaitement et l’hygiène du bébé.

DJAMA-228-12m-(4x3)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *