CHAP PANACHE

Economie

Prof. Kako Nubukpo apporte des précisions sur les Etats Généraux de l’Eco

Kako Nubukpo
Togopeople

Annoncés pour fin avril 2020, les états généraux de l’Eco, future monnaie unique de la Cedeao devraient finalement se tenir du 26 au 28 mai prochain dans la capitale togolaise, plus précisément à l’Université de Lomé (U.L), d’après le programme des activités dévoilé par Prof. Kako Nubukpo. Le désormais Conseiller économique du Président de l’UEMOA et fervent défenseur de la souveraineté monétaire ouest africaine, place ce colloque international sur le processus de mutation du «FCFA à l’ECO : quelle monnaie pour quel développement en Afrique de l’Ouest ? »

Le Macroéconomiste togolais se propose, au travers de ce « brainstorming » où l’élite africaine et le gratin des économistes sont invités, de recueillir l’expertise africaine sur ce sujet clivant qu’est le passage du FCFA à l’Eco. « L’expertise africaine doit être présente collectivement au rendez-vous de l’histoire, car ce qui nous unit est plus important que ce qui nous divise », avait-il écrit.

Vent debout contre des réformes superficielles du CFA aux relents d’un « trompe-l’œil » qui ne concernent que des aspects symboliques, Kako Nubukpo qui n’a jamais fait mystère de sa position anti-CFA, milite plutôt pour des réformes en profondeur. Notamment celles qui prennent en compte « les critiques d’ordre économique, en particulier le caractère problématique de la parité fixe du F CFA avec l’Euro et le sous-financement chronique des économies de la zone franc, en proie à un rationnement du crédit comme en témoignent les taux d’intérêt réels à deux chiffres », souligne-t-il.

36323 etats generaux eco

L’état des lieux

Cette rencontre de haut niveau à en juger par l’étoffe et le profil des panélistes, va se tenir dans un contexte où une certaine accalmie règne et où de petits progrès semblent avoir été notés vers la convergence des vues après une bataille rangée entre l’UEMOA et le bloc anglophone de la Cedeao, sur fond de menace de dislocation de la Cedeao brandie par Muhammadu Buhari.

 « Quand l’ECO sera arrêté, nous pourrons rentrer dans une évolution vers un taux de change flexible et avoir une banque centrale fédérale », avait déclaré le président ivoirien qui ne jurait il y avait encore quelques mois que par la parité fixe à l’Euro, contrairement à la décision des Chefs d’Etat de la Cedeao d’adopter la convertibilité de l’Eco à un panier de devises.

D’après ADO qui a annoncé également le report de l’opérationnalisation de l’Eco pour pas avant trois à cinq ans, la question d’une banque centrale pour l’Eco a été en outre résolue.

La nomination du Togolais, éminente figure anti-CFA au poste de Conseiller économique à l’UEMOA serait, selon certains experts, un signe précurseur d’une ouverture de l’Union à des réformes profondes telles que Muhammadu Buhari les conçoit en lieu et place d’un simple changement de nom du CFA par l’Eco. 

Source : Togo First

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *