chap chap
Societé

Le Togo paye-t-il de bons salaires ?

Gibert Bawara_togopeople
Togopeople

Ce n’est pas uniquement le climat des affaires qui attire les investisseurs au Togo. Les salaires attisent également les curiosités. Fixé à 35 000 F CFA, et ce depuis 2012, le Salaire minimum interprofessionnel garanti (SMIG) pourrait connaitre une revalorisation. Les discussions se poursuivent entre gouvernement, patronat et syndicats, pour une éventuelle amélioration, indique Gilbert Bawara, le ministre de la Fonction publique, du travail et du dialogue social. Dans le même temps, l’on retrouve dans la sous région, les plus bas salaires minimums, en l’occurrence au Mali (31 370 FCFA), au Niger ( 30 047 FCFA ) et en Mauritanie (30 000 FCFA) .

Gilbert Bwara a fait cette intervention, en évoquant les acquis des 100 premiers jours du gouvernement de Victoire Tomegah-Dogbé, tout en précisant que le SMIG du Togo correspond à la moyenne dans les pays de l’UEMOA. 

Dans la foulée, la Banque mondiale fait du Nigeria le premier pays parmi les 20 économies africaines les plus florissantes ces dernières années.

Une analyse comparative des différents SMIG en Afrique, permet d’affirmer sans risque d’erreur, que le Maroc en tête de liste des pays d’Afrique en matière de salaire minimum. 

Le royaume chérifien a élevé la barre à 137.095 F CFA, soit la rémunération minimale la plus élevée, selon les données récentes publiées par Talents2Africa.

De facto, il se classe en première position en matière de rémunération minimale salariale fixée par les États africains.

Au Bénin, le Conseil des ministres des 16 et 17 avril 2014 a porté le SMIG à 40.000 FCFA.

A noter que les promesses électorales lors des dernières campagnes présidentielles en Afrique de l’ouest francophone, ont contribué dans une large mesure à l’évolution des SMIG de nombre de pays de l’Afrique de l’ouest.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *