SocietéPeople

Trimua : ‘L’homosexualité n’est pas un droit de l’Homme’

Christian Trimua_togopeople
Togopeople

Au pays de Faure Gnassingbé, cette orientation sexuelle est considérée comme une pratique ‘contre-nature’. Perçues comme une déviance dans plusieurs pays africains, les relations homosexuelles sont criminalisées au Togo. Elles sont d’ailleurs punies de trois ans d’emprisonnement ferme et d’une forte amende. Si la pratique est dépénalisée ailleurs, le droit togolais reste inflexible sur la question. « L’homosexualité n’est pas un droit de l’homme ; ce qui est un droit de l’Homme, c’est le droit à la vie sexuelle », a martelé lundi, Christian Trimua, le ministre en charge des Droits de l’homme.

Dans certains pays d’Afrique, faut-il le souligner, les droits des personnes LGBT (lesbiennes, gaies, bisexuelles et transgenres) sont reconnues.

Mais au Togo, petit pays de l’Afrique de l’ouest, la loi demeure répressive.

« Le Code des personnes et de la famille définit le mariage comme l’union d’un homme à une femme. Ensuite le Code pénal incrimine tous les actes contre-nature entre des gens de même sexe », a rappelé M. Trimua.

Il précise tout de même : « Ce que les uns et les autres font de leur vie sexuelle en catimini les engage ».

SNB_1 an_togopeople

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *