chap chap
PNDSocieté

Togo : face au Covid-19, l’Ong SADD entend sécuriser l’emploi des travailleurs et renforcer les alternatives de résilience

Togopeople

C’est une évidence. L’impact de la pandémie au Covid-19 a bouleversé le monde du travail. Et ses effets se font toujours lourdement sentir pour beaucoup d’entreprises aussi bien du secteur public que privé. Face à cette situation qui fragilise également les droits des travailleurs au Togo comme ailleurs dans le monde, l’Ong SADD initie depuis ce mercredi 09 décembre au Centre de Conférence de la Confédération Syndicale Internationale CSI-AFRIQUE (ex-FOPADESC) à Lomé, un atelier de réflexion et d’analyse des impacts de la pandémie sur le monde du travail au Togo et dans le monde. La rencontre de deux jours qui regroupe une quarantaine de participants dont 35 en présentiel et 05 en visioconférence, a reçu l’appui financier de WSM (We Social Movements), la DGD (Direction Générale au Développement) de la Belgique et de Terre Solidaire.

Ils sont issus de l’administration du Travail, des ministères de l’économie et des finances, du commerce et de l’industrie, des mines, et de la justice, du patronat, du Conseil National du Dialogue social, de la Coordination des centrales syndicales du Réseau National Multi-Acteurs de Protection Sociale et de l’Ong SADD.

L’atelier est axé sur le thème « Réflexion et analyses sur les impacts du Covid-19 sur  les entreprises, l’emploi et les droits fondamentaux liés au travail au Togo et dans le monde : quelles alternatives pour la résilience et la paix sociale ? Défis et perspectives ».

Pour Yves Komlan Dossou, le coordonnateur de l’Ong SADD, l’ODD 8 : « Promouvoir une croissance économique soutenue, partagée et durable, le plein emploi productif et un travail décent pour tous », cadre parfaitement avec le choix du thème central de ladite rencontre.

Depuis que le premier cas de COVID-19 a été enregistré le 06 mars 2020 au Togo, souligne ce dernier, les impacts de la COVID se sont fait ressentir dans tous les secteurs de l’économie togolaise particulièrement le secteur privé.

Selon les résultats d’une étude dénommée « Effets de la crise sanitaire liée au COVID-19 sur les activités des entreprises du secteur privé togolais » commanditée par la Chambre de commerce et d’industrie du Togo (CCIT) en mai 2020 auprès de 1084 entreprises sur toute l’étendue du territoire national, fait-il savoir, « plus de 92% ont enregistré une baisse entre février et mars 2020 ».

« Dans l’ordre décroissant, le secteur des services est celui  dont plus d’entreprises (93,5%) a enregistré la plus forte baisse du chiffre d’affaires suivi de ceux du commerce (92,6%), de l’industrie, mines et BTP (92,0%) et de l’agriculture (87,2%)« , relève M Dossou.

En effet, soutient-t-il, « plus de 34% des entreprises du secteur privé togolais ont vu leur chiffre d’affaires contre seulement un peu moins de 13% qui ont vu leurs chiffres d’affaires baisser de moins de 25%« .

Face à ce tableau peu reluisant, les travaux de l’atelier devraient donc permettre de mettre en évidence les impacts de COVID-19 sur les entreprises, l’emploi au Togo et dans le monde assorti de recommandations.

A travers diverses communications et échanges, les participants devront faire l’état des lieux des impacts de la COVID-19 sur les droits du travail en lien avec le dialogue social, la protection sociale, le chômage technique et le licenciement individuel et collectif et les conséquences que cela implique pour les travailleurs et leurs familles.

Mais aussi faire l’état des lieux des impacts de COVID-19 sur la santé et la sécurité au travail au Togo et dans le monde assorti de recommandations.

Les organisateurs de la rencontre entendent également mettre en évidence la pertinence des recommandations de l’OIT et les alternatives pour son applicabilité dans les pays assorti de recommandations; élaborer un argumentaire pour des plaidoyers en direction des gouvernants.

« L’Ong SADD s’attend au cours de ces deux jours à une participation fructueuse qui permettra un diagnostic sans complaisance de l’impact de la COVID 19 sur le monde des travailleurs au Togo. Il faudra également examiner pour se les approprier les recommandations de l’OIT », soutient par ailleurs, M Yves Dossou.

Et de préciser en ces termes : « Il s’agira pour nous, de ne pas perdre de vue les réalités togolaises afin de contextualiser les solutions, de les adapter, en un mot d’éviter de proposer des alternatives hors solutions« .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *