PND

“Le projet EJV a vraiment changé ma vie et celle de mes enfants”, Ama Fakpa couturière à Hétsiavi

Anadeb_togopeople

Plusieurs témoignages vivants recueillis par l’une des équipes d’Anadeb, auprès des bénéficiaires, démontrent à suffisance l’impact réel du projet d’opportunités d’Emploi pour les jeunes vulnérables (EJV) sur la vie des populations à la base. Et la composante 2, appui aux activités génératrices de revenus – AGR du projet, fait des émules dans la région Maritime. Elle vise notamment à soutenir le démarrage ou l’extension des activités génératrices de revenus des bénéficiaires qui ont achevé avec succès le volontariat communautaire. Ama Fakpa, mère de deux enfants et couturière dans le village de Hétsiavi, canton de Zafi dans la préfecture de Yoto, en est une belle illustration. Eh oui ! Depuis 8 ans, cette dernière n’avait jamais eu les moyens d’ouvrir son atelier pour exercer son métier. C’est donc grâce au projet  EJV qu’elle a pu concrétiser ce rêve qui lui tenait vraiment à cœur.  

Comment le projet a-t-il changé sa vie ? Dans quelles conditions vivait-elle avec ses enfants avant d’en être une bénéficiaire ? Quelles sont les étapes qu’elle a eu à franchir ? A combien s’élève sa subvention ?

Autant de questions que la jeune femme de 31 ans a abordées dans son récit à la fois émouvant et inspirant.   

« Avant de faire le volontariat communautaire, je travaillais à la maison. Mais, je n’avais pas beaucoup de clients. Ne venaient commander que ceux que je connaissais déjà, ou qui me connaissaient. Et souvent, c’est pour de petites retouches sur leurs vieux habits. C’était très difficile à la maison parce que je ne pouvais pas assurer toutes les dépenses de mes deux enfants. Il faut les envoyer à l’école, il faut leur donner à manger, les soigner. Or, étant seule à m’occuper d’eux, mon travail ne générait pas assez de revenus pour tout ça. C’est pourquoi, quand j’ai entendu les annonces du projet EJV à la radio, je me suis lancée ; et grâce à Dieu, j’ai été retenue. J’ai fait tout ce qu’on a demandé de faire. Dans notre village, j’ai participé à l’aménagement de la piste Zafi à Kouvé dans le Yoto. J’ai également suivi plusieurs formations. Pendant les travaux, on nous payait 15000 francs CFA chaque 10 jours. Avec ce revenu, j’ai commencé par souffler un peu, mais je n’ai pas tout dépensé. J’ai épargné une partie sur le compte que le projet m’a aidé à ouvrir. Avec mon épargne et l’aide supplémentaire que j’ai reçue du projet à la fin de mon volontariat, j’ai acquis les machines qui me manquaient, et j’ai aménagé un hangar au bord de la route pour en faire mon atelier de couture. Avant, j’avais à peine deux commandes par semaine, et je n’avais pas d’apprenti. Mais maintenant que je suis installée ici, je reçois beaucoup plus de commandes par jour ; même des gens que je ne connais pas. J’ai pris aussi deux apprenties. Je sais maintenant que je suis une vraie couturière. Vraiment, ce projet a changé ma vie et celle de mes enfants », témoigne Ama Fakpa.

En effet, en 2018, à l’annonce de l’enrôlement des jeunes des zones pauvres du Togo par le projet EJV, elle s’est faite enrôler, et a réussi à passer la phase de la sélection aléatoire des bénéficiaires du projet.

Elle a donc suivi le processus d’accompagnement prescrit par le projet en participant successivement aux Travaux à haute intensité de main-d’œuvre (THIMO) dans le cadre de sa composante « volontariat communautaire », et aux formations en développement d’affaires et à la citoyenneté.

A travers un coaching spécifique du projet, elle a élaboré son plan d’affaires qui a reçu l’approbation de l’Agence nationale d’appui au développement à la base (ANADEB) qui assure l’exécution du projet.

Grâce au revenu des THIMO, elle a constitué une épargne qui a atteint le seuil prescrit par le projet pour bénéficier de la subvention prévue pour les meilleurs jeunes.

Pour avoir suivi avec succès ce parcours, Ama s’est vue octroyer, en plus de son épargne, une subvention de soixante mille (60.000) francs CFA à travers la composante « appui aux activités génératrices de revenus – AGR » dudit projet. Son histoire reste l’une des premières réussites de ce projet, à en croire son témoignage.

Rappelons que l’objectif du projet EJV dans la région Maritime est de subventionner au moins 1200 jeunes pour le démarrage ou l’extension de leurs activités génératrices de revenus (AGR) sur un total de 1 680 jeunes bénéficiaires, visés dans cette région du Togo

A ce jour, faut-il le préciser, le nombre d’AGR subventionnés est passé à 544 (dont fait partie Ama Fakpa) pour 12 villages sur le total des 24 villages dans la région Maritime.

Initié par le gouvernement au profit des jeunes des zones rurales du Togo, ce projet est financé par la Banque mondiale à hauteur de 9 milliards de francs CFA pour une durée de trois (03) ans. Il vient compléter le programme de volontariat d’engagement citoyen (VEC) exécuté par l’Agence nationale de volontariat au Togo (ANVT) en milieu urbain.

Pour vos annonces publicitaires - couvertures médiatiques - publi-reportages, interviews, portaits... Contactez le service commercial de votre site Togo People : Tél/WhatsApp (+228) 90243980

Related posts
PNDPeople

Projet EJV : la jeune coiffeuse Kossiwa Aliponou dit 'MERCI' à l'Anadeb !

PND

Togo : Olam prend le contrôle de la NSCT avec 10 milliards de FCFA

SocietéPND

Internet au Togo : CanalBox en passe de surclasser ses concurrents !

PND

Essi, la jeune artiste togolaise parmi le Top 100 du 'Ricard Live 2021'

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *