Societé

‘SYNATRAT’ : les travailleurs agricoles Togolais ont enfin leur syndicat !

SYNATRAT_togopeople
Togopeople

Ouvriers agricoles, paysans agriculteurs, petits agriculteurs ou métayers, se sont résolus à se regrouper au sein du Syndicat National des Travailleurs Agricoles  du Togo (SYNATRAT), porté sur les fonts baptismaux à l’issue d’un Congrès Constitutif tenu le 30 août 2020 à Atakpamé, localité située à 161 km de Lomé. Occupant pour la plupart, des emplois occasionnels et travaillant dans des conditions précaires, ils disposent désormais d’un creuset national dans lequel ils entendent œuvrer pour la reconnaissance de leurs droits. Et ce, sur l’initiative de l’Ong Solidarité et Action pour le Développement Durable (SADD) . La démarche étant soutenue par WSM (We Social Movements) de la Belgique et le Comité Catholique contre la Faim et pour le Développement (CCFD-Terre Solidaire), soyons les forces du changement de France.

Environ une cinquantaine de travailleurs agricoles issus de 14 préfectures des régions maritime, plateaux et centrale, ont adopté les statuts, et procédé à l’élection du Bureau Exécutif du SYNATRAT.

Le Congrès a été présidé par M. Komlavi AGBO, Conseiller Agricole à la retraite, Consultant indépendant et instructeur syndical assisté de M. Jeff GNASSINGBE, Facilitateur au MAPTO, rapporteur du Congrès et de Mlle Victoire Nabi YAO, Assistante en plaidoyer à l’Ong SADD comme scrutateurs, en présence de M. Yves Komlan DOSSOU, Coordonnateur général de SADD.

A noter que la mise en place de la nouvelle organisation syndicale fait suite à la tenue du 22 et 23 août 2020 à Atakpamé, d’un atelier de renforcement de capacités d’une trentaine de leaders et encadreurs de coopératives agricoles et de diverses organisations paysannes du Togo sur le thème : « Le syndicat paysan, une réponse au défi du travail décent et le droit à la protection du monde paysan ».

A la fin de cette formation initiée par l’Ong SADD, une trentaine de leaders et encadreurs des coopératives agricoles des paysans ont été bien outillés pour créer leur propre syndicat dans le monde rural.

Ainsi, le défi clé de ce tout premier Syndicat des mouvements et organisations de paysans du Togo est « d’assurer la pleine reconnaissance des travailleurs agricoles en tant que groupe de travailleurs organisé qui peut contribuer de façon significative à l’agriculture et au développement rural durables, et à la sécurité alimentaire en termes de connaissance, de savoir-faire et d’expérience ».

Pour se faire, l’Ong SADD entend donc renforcer et développer la gestion et les capacités internes de SYNATRAT et des Organisations paysannes impliquées ainsi que  des services de vulgarisation et en fin, décentraliser la prise de décisions au niveau le plus bas des collectivités.

Motivant les raisons qui sous-tendent la création de ce syndicat, Yves Dossou, le Coordonnateur général de SADD, estime qu' »il est indispensable de reconnaître les travailleurs agricoles en tant que groupe social qui doit être renforcé afin de lutter contre la pauvreté dans laquelle vit bon nombre d’entre eux ».

« Le droit des travailleurs agricoles et des petits agriculteurs à l’alimentation et aux moyens d’existence durables peut seulement être atteint comme faisant partie d’une garantie plus vaste de droits sociaux et politiques. Il est également important de reconnaître le rôle que les syndicats peuvent jouer en relevant ce défi », ajoute ce dernier.

Par ailleurs, il est à souligner que l’analyse de la réalité des travailleurs agricoles conduite par l’Ong SADD depuis trois ans, la prise de conscience induite, la prise et l’exercice de responsabilité plus larges, l’engagement et la détermination à être auteurs et acteurs de la transformation sociale et de la libération des travailleurs agricoles et du monde rural se cristallisent avec la naissance de SYNATRAT.

« Certes, le chemin pour y parvenir est encore long et parsemé d’embûches, mais la dignité du travailleur agricole et les droits de l’Homme seront vainqueurs dans les cinq prochaines années », claironne M Dossou.

A travers l’œuvre de conscientisation, ce dernier invite donc chaque membre du groupe à découvrir non pas seulement ce qui doit changer mais également ‘’sa propre responsabilité dans le grand réseau des responsabilités’’.

Bien que l’OIT se préoccupe de la situation des travailleurs agricoles depuis sa création en 1919,  les mesures préconisées en termes de recommandations pour  améliorer les perspectives d’emplois, les conditions de travail et les revenus des deux cinquièmes de la main-d’œuvre mondiale sont toujours balbutiantes mais cinq des six recommandations inspirent bien les auteurs et les acteurs du SYNATRAT.

Enfin, tout en s’inspirant des recommandations de l’OIT, qui se préoccupe de la situation des travailleurs agricoles depuis sa création en 1919, les auteurs et les acteurs du SYNATRAT appellent à : encourager une croissance à forte intensité de main-d’œuvre en favorisant l’investissement dans l’infrastructure de manière à créer des emplois agricoles et para-agricoles; à promouvoir la négociation collective à tous les niveaux; à améliorer les conditions de travail dans tous les domaines – transport, santé et sécurité, etc. et notamment combattre le recours à la main-d’œuvre enfantine; à promouvoir l’application effective des normes fondamentales du travail; et à assurer aux salariés agricoles les prestations de base de la sécurité sociale.

Pour vos annonces publicitaires – couvertures médiatiques – publi-reportages, interviews, portraits…

Contactez le service commercial de votre site Togo People : (+228) 90243980 WhatsApp : 99029133.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *