People

Rachel Cavalier, la Togolaise qui émerveille sur Facebook avec ses ‘directs’

Rachel Cavalier

Son nom est connu de nombreux Togolais vivant en Europe et aux Etats-Unis, de par sa présence régulière sur les réseaux sociaux en général et sur Facebook en particulier. A travers ses ‘live’ dans lesquels elle aime porter un message à l’endroit de tous ceux qui la suivent au quotidien, Rachel Cavalier a réussi à se tracer un chemin dans cet univers composé de grands et de moins grands.

De son vrai nom Affi Ahlinba AHLIN, Rachel Cavalier travaille au sein de l’hôpital Charles Nicole à Rouen sa ville de résidence. Son nom évoque l’expression d’une femme battante ou celle d’une Togolaise qui a réussi à se tailler une place sur la toile.

Chacune de ses sorties sur Facebook mobilise la diaspora togolaise installée en Europe et aux Etats Unis autour des valeurs essentielles qu’elle partage régulièrement sur ses sorties publiques sur les réseaux sociaux. Elle se définit comme une femme porteuse de messages à l’endroit de ses ‘followers’ qui composent son état major au quotidien.

“Je suis sur les réseaux sociaux pour donner des conseils et sensibiliser les personnes qui me suivent et qui s’intéressent à ce que je fais. Je fais aussi des publicités aux commerçants sur les réseaux sociaux”, confie-t-elle.

Avec ses ‘directs’ sur Facebook, Rachel Cavalier réunit au quotidien autour de sa personnalité, de nombreux ‘fans’ qui composent sa communauté et qui la suivent régulièrement.

Ainsi, elle est arrivée à s’imposer et à se faire une place prépondérante parmi les Togolais présents sur les réseaux sociaux en Europe. Son chemin est celui d’une Togolaise qui se bat au quotidien pour préserver son image et le respect dévolu à sa personnalité.

Victime de dénigrements et d’attaques continues sur Facebook comme tant d’autres compatriotes, Rachel Cavalier ne fait pas dans la dentelle. Celle qui se définit comme une femme battante remet les pendules à l’heure quand on s’en prend à elle et transforme ses attaques en un tremplin de publicité à son avantage.

“Je viens aussi parfois sur la toile pour répondre aux gens qui parlent mal des autres et passer des messages des personnes qui n’osent pas venir sur les réseaux sociaux”, explique-t-elle.

Sa vie est aussi émouvante que celle d’une femme qui s’est battue toute sa vie pour construire ce dont elle dispose aujourd’hui comme acquis. Mariée puis divorcée, Rachel Cavalier est mère de deux enfants dont une fille et un garçon.

Sensible aux situations de tout être humain, elle est l’une des rares femmes togolaises présentes sur les réseaux sociaux, qui se distingue des autres par sa franchise et son envie d’être disponible pour tout besoin. Et elle s’en sort bien

A Rouen où elle tient un magasin de vente d’articles de femmes, elle propose en vente des sacs, des parfums de qualité, des perruques, bref tout ce qui peut faire plaisir à une femme.

Sa clientèle est diversifiée et est essentiellement composée d’Africaines, d’Européennes et d’Américaines qui viennent se ravitailler auprès d’elle dans sa ville de résidence.

Pour toucher le maximum de sa clientèle qu’elle mobilise autour de ses investissements, Rachel Cavalier a réussi à diversifier ses activités.

Femme aimante, Rachel est celle qui veut porter loin l’image d’une femme togolaise battante et qui est arrivée à atteindre ses objectifs.

Pour elle, rien n’est acquis. ” Dans la vie, il faut se battre pour réussir et avancer dans la vie, peu importe le niveau d’études et surtout faire de bons choix et suivre son chemin”.

Installée en France depuis 2007, elle est partagée entre sa passion de live sur Facebook et sa profession, associée à son désir d’être une femme entrepreneure.

Par DBD

Related posts
People

Bodjona : 'Nul n’est parfait sur cette terre'

People

Toofan : Masta Just ferait-il des infidélités à sa femme ?

EconomiePeople

Cofina arrive au Togo, AG Partners sélectionné pour son lancement !

People

Gardiennage et sécurité : voici pourquoi vous devez choisir 'RENFORT 7'

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *