PND

1000 milliards F CFA pour les infrastructures routières

Au cours des cinq prochaines années, le Togo va allouer au développement des infrastructures routières l’équivalent de ce qu’il y a investi sur les dix dernières années. Au total, près de 1000 milliards FCFA. 

Les investissements cibleront en priorité la construction de l’autoroute de l’unité (Lomé-Cinkassé) et la modernisation de la voie Avépozo-Aneho. La protection des côtes maritimes togolaises figure en bonne place des priorités  gouvernementales.

La construction d’une plateforme multiservices à Adakpamé et d’un port sec à Cinkassé au cours des 5 prochaines années devrait permettre de décongestionner le Port Autonome de Lomé.  

Plusieurs voies transversales sont également prévues, pour faciliter l’accès des opérateurs économiques notamment ruraux, aux marchés. Entre autres, Lomé-Vogan, Lomé-Kpalimé, Notsé-Agou, Aouda-Kara.

Lomé ambitionne, au titre des travaux de construction ou d’aménagement d’infrastructures routières, la réalisation d’une voie de contournement de Sokodé et la réhabilitation des voies urbaines à Tsévié, Kpalimé, Atakpamé, Sokodé, Bassar et Mango, notamment. 

Jugé très préoccupant en 2006 et affectant la vie économique, l’état des infrastructures routières du Togo a sensiblement été amélioré depuis lors.

Pour remettre sur pied l’économie togolaise, dépendante dans une bonne proportion des performances portuaires, les pouvoirs publics togolais ont entrepris de vastes chantiers de réfection ou de construction d’infrastructures routières sur fond de lourds investissements.

Ce sont, selon les sources officielles, environ 1000 milliards FCFA qui ont été investis, à cet effet, sur 3 principaux axes : le renforcement de la route nationale (RN) N°1, la construction des routes transversales majeures et la construction d’ouvrages d’art.

Les travaux entrepris ont en effet permis de renforcer plus de 430 km de longueur sur la RN N°1, et du coup, d’améliorer l’efficacité de cette voie de transit. Concrètement, il s’agit de la réhabilitation et de la construction de tronçons comme : Lomé – Davié ; Atakpamé –Blitta –Aouda ; Nadjil-Tandjouaré – Cinkassé ; les contournements d’Aledjo et de Défalé, et Kanté – Tandjouaré (en cours de réalisation).

En ce qui concerne les routes transversales majeures construites, elles concernent, entre autres Tsévié-Tabligbo-Aného ; Notsé-Tohoun-Frontière Bénin, Témédja-Badou –Frontière Ghana et la bretelle de Kougnohou et Kouméa ; Pya-Tchariè et Soumdina. L’objectif visé  est de désenclaver les sites de production. Dans cette même perspective, il y a eu la réhabilitation de  plus de 5 000 km de pistes rurales.

Enfin, sur le 3è axe d’investissements (construction d’ouvrages d’art), sont notables les ponts de 95 mètres linéaires (ml)  à Aneho, 120 ml à Alinmondji, 120 ml sur la rivière Kara à Katchamba et 160 ml sur la rivière Koumongou et 93 ml sur la rivière Mô.

Notons que le pays porte plusieurs autres projets d’infrastructures routières dans le cadre du Plan National de Développement (PND 2018-2022), comme le dédoublement de la Nationale N°1.

Source : Togo First, avec titre modifié

Related posts
PND

Togo : construction de 3 ponts dans les prochains mois

PND

Accès à l’eau potable, une réalité dans le Grand Lomé avec le mouvement 'JSFDT'

PND

Togo : 3 milliards aux 117 communes !

PNDPeople

Kako Nubukpo : 'Le Togo ne pourra pas échapper à une révision du PND'

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *